Une place laissée aux artistes

"Du plaisir à la Toque" n'est pas qu'un simple restaurant, il s'agit d'un lieu de partage et d'échange, un lieu ouvert sur le monde de la gastronomie et de l'Art 

RESERVATIONS

 

Tél :  05 61 21 88 94
 

Horaires d'ouvertures

Lundi Fermé 

Mardi - Mercredi 20h00 - 00h00 

Jeudi - Vendredi 12h00 - 00h00 

Samedi 19h30 - 00h00 

Dimanche Fermé

9 rue des Blanchers 

31000 Toulouse 

  • w-facebook
  • White TripAdvisor Icon

© 2016 Du plaisir à la Toque

En ce moment...

Alain Pontaillier

Collages, peintures

 

A côté de beaux dessins, particulièrement des portraits, Alain Pontaillier, par tout un jeu avec les matières  -collage, peinture, outil, support - met en scène des personnages haut en couleur et aux profils oniriques dans  des tableaux qui, sous certains aspects (soit le sujet, soit le traitement qui en est donné) peuvent être rapprochés de tableaux de quelques grands maîtres (Goya, Bacon, Action-painting), qui sous d'autres aspects rappellent marionnettes javanaises, figurines articulées en terre cuite du haut Moyen Age, et autre, type Polichinelle.

 

Abstraction et figuration

De ce qui ne semble être dans le travail d'Alain Pontaillier qu'abstraction de teintes et de formes laissées au hasard des gestes et du mélange des pâtes et des pigments,  ressortent  des figures, des scènes, des situations, certaines surprenantes, intrigantes même, d'autres plus familières, qui toutes invitent à se rapprocher, à oser une question, sinon à entrer en dialogue. Mais l'on sait maintenant que les oppositions d'école entre abstraction et figuration sont plutôt artificielles et il y a longtemps déjà Hopper et Pollock devisaient ensemble.

 

Artisanat et création artistique

Alain Pontaillier, de toutes les façons, ne s'encombre pas de ce genre de dispute. Mais il ne se contente pas non plus de repérer dans un coin de ce qu'il vient de produire un contour significatif, un dessin anthropomorphique et de lui donner un titre ; comme nous le faisons tous en remarquant tel nuage, tel rocher, tel tronc d'arbre. Certes, cet artisan peintre en bâtiment s'inspire de la crème qu'il découvre au fond de ses pots de peinture, mais pour, avec elle, en l'orientant, la projetant, tout en respectant son inertie, donner sens et corps à ses peintures.  

 

Quelques mots des techniques

A l'instar d'un Van Gogh qui utilise simultanément blanc de plomb et blanc de zinc  pour (sa) chambre à Arles,  (1888, Musée d'Orsay), Alain Pontaillier joue avec la rhéologie, la très sérieuse science physique-chimique de l’écoulement et la déformation des corps sous l’effet des surfaces qu'ils parcourent et des contraintes qui leur sont appliquées : élasticité, plasticité, viscosité, mixité et tout ce qui relève de la mécanique des fluides, parce que selon Héraclite : Panta rhei (Tout s'écoule).

A l'instar d'un Paul Cézanne avec ses nombreuses Montagne Sainte Victoire, avec leurs traits, leurs tâches, leurs multiples petits aplats juxtaposés,  tuilés, superposés de couleurs et nuances différentes qui les font vibrer, qui  vont jusqu'à les faire vivre, Alain Pontaillier joue aussi, plus précisément dans ses collages, avec les aberrations chromatiques et leurs effets optiques, et ainsi donne chair et anime des figures qui ne se résument donc pas à de simples silhouettes, à de simples apparences. Comme le disait Cézanne, la nature n'est pas en surface; elle est en profondeur. Les couleurs sont l'expression, à cette surface, de cette profondeur. Elles montent des racines du monde.

 

De la création artistique et de sa poèsie

Ce n'est pas de la "beauté" ou "que cela me plaise - ou non" qu'il est question pour moi devant les tableaux d'Alain Pontaillier, mais qu'ils me questionnent, m'intriguent, me fassent penser, m'invitent à entrer dans une nouvelle relation. Et ainsi, qu'à leurs mesures, ils témoignent  des formidables capacités poètiques de toute création artistique, aussi bien des beaux-arts que des arts vivants.

J'entends par poésie le faire, le savoir-faire, la capacité à fabriquer, à transformer, autrement dit, le pouvoir de création - à partir de là et au-delà de là - de la création artistique.

It happens, dit-on en anglais. Il se passe quelque chose.

En moi, en nous, entre nous, avec les autres. Oh ! ne serait-ce qu'une petite goutte d'expérience selon l'expression de Alfred Whitehead, l'expérience cependant d'un changement, d'une transformation.

 

Alors ? Avancez-vous. Prenez le temps de regarder et de regarder de nouveau ses tableaux. Il pourrait se passer quelque chose pour vous aussi.

 

Christian Ginouvier,

un simple amateur